La cuisine africaine

Chaque partie du monde possède ses spécialités culinaires, et du côté de l’Afrique, il y en a vraiment beaucoup. Des plus succulentes aux plus atypiques, il y a réellement tout. Cette partie du monde est riche en couleur, et une aventure culinaire de ce côté-là semble tout à fait passionnante.

Afrique du Nord

L’Afrique du Nord est située le long de la Méditerranée et comprend plusieurs pays, dont le Maroc, l’Algérie, la Libye, la Tunisie, l’Égypte et le Soudan. Les racines de la cuisine maghrébine remontent aux anciens empires d’Afrique du Nord, en particulier en Égypte où de nombreux plats et traditions culinaires du pays remontent à l’Antiquité africaine. Au fil des siècles, les commerçants, les voyageurs, les envahisseurs, les migrants et les immigrants ont tous influencé la cuisine de cette zone. Les Phéniciens du Ier siècle ont apporté les saucisses, tandis que les Carthaginois ont introduit le blé et son sous-produit, la semoule. Les Berbères ont adapté la semoule en couscous, l’un des principaux aliments de base. Les olives et l’huile d’olive ont été introduites avant l’arrivée des Romains.

À partir du VIIe siècle, les Arabes ont introduit une variété d’épices, comme le safran, la noix de muscade, la cannelle, le gingembre et le clou de girofle, qui ont contribué et influencé la culture culinaire en Afrique du Nord. Les Turcs ottomans apportaient des pâtisseries sucrées et d’autres produits de boulangerie. Et du Nouveau Monde, l’Afrique du Nord recevait des pommes de terre, des tomates, des courgettes et des piments. Il existe des différences notables entre les styles de cuisines des différentes nations, des saveurs sophistiquées et corsées de la cuisine des palais marocains aux plats ardents de la cuisine tunisienne et aux cuisines plus simples et plus humbles de l’Égypte et de l’Algérie.

Afrique centrale

L’Afrique centrale s’étend des montagnes du Tibesti au nord jusqu’au vaste bassin de la forêt tropicale humide du fleuve Congo, et est restée largement exempte des influences culinaires du monde extérieur jusqu’à la fin du XIXe siècle, à l’exception de l’adaptation généralisée du manioc, des arachides et du piment, qui ont fait partie des échanges colombiens avec la traite négrière au début du XVIe siècle. Ces aliments ont eu une grande influence sur la cuisine locale, bien que peut-être moins sur les méthodes de préparation. La cuisine centrafricaine est restée essentiellement traditionnelle. Les ingrédients de base sont les bananes plantains et le manioc. Les féculents de type Fufu (généralement à base de racines de manioc fermentées) sont servis avec de la viande grillée et des sauces.

Une grande variété d’ingrédients locaux est utilisée lors de la préparation d’autres plats comme le ragoût d’épinards à la tomate, aux poivrons, au piment, aux oignons et au beurre d’arachide. Les plants de manioc sont également consommés comme légumes verts cuits. Le bœuf et le poulet sont les plats de viande préférés, mais les préparations de viande de gibier